POETIC TRANCE – 2019

La peur (Recording Sessions)

_____________

_____________

LA PRESSE

Sculpteur des sons et des mots, Aziz Sahmaoui accouche d’un opus envoûtant, ample et délicat. Un conte enrobé d’une douceur caressante. Quatre années de vadrouille cérébrale, de quête dense et soyeuse, pour un résultat racé et originel.
Extrait de l’article « Aziz Sahmaoui à l’éden du groove »
par Anis Hajjam (Telquel, 21 décembre 2018)

Produit par l’audacieux pionnier Martin Meissonnier (Fela, King Sunny Ade, Khaled, Manu Dibango, Papa Wemba…), enregistré en live par amour du risque, Poetic Trance révèle un langage musical parvenu à maturité, chatoyant et pondéré. « Musicalement, nous voulions trouver un équilibre entre l’Afrique, l’Europe et le reste du monde. Avec Poetic Trance, je pense que nous avons réussi : c’est pop, c’est disco, c’est rock ou reggae et là, d’un coup, se mêlent kora, n’goni, guembri et karkabous… Quel bonheur ! Aujourd’hui les grands maîtres gnaouas, les maâlems, mes amis, sont très fiers de nous : nous avons su rénover le genre sans le dénaturer, et beaucoup ont suivi. »
Extrait de l’article « Aziz Sahmaoui – groove-thérapie »
par Jeanne Lacaille (Qwest.tv, 5 février 2019)

LES CREDITS

Produced by Martin Meissonnier.
Recorded at Jet Studio, Brussels, in May 2018
Recorded, mixed and mastered by Matthias Weber

Aziz Sahmaoui : lead vocals, guitar, n’goni, guembri, percussion
Alune Wade : bass, vocals
Adhi Mirghani : percussion, vocals
Hervé Samb : guitars, vocals
Amen Viana : guitars, vocals
Cheikh Diallo : keyboards, kora, vocals
Jon Grandcamp : drums, vocals
Cyril Atef : drums
Rime Sahmaoui : vocals

_____________

_____________

L’ESPRIT

LES MORCEAUX

A la faveur d’une éclatante maîtrise vocale, Aziz Sahmaoui et University of Gnawa chantent ainsi en tamazight, wolof ou mina la résilience des victimes de guerre (« Coquelicots »), l’amour (« Nouria »), la fraternité (« Entre Voisins »), tous déclarant en chœur leur profond attachement à leur culture africaine dans « Janna », ce paradis.

« Avec notre musique, nous voulons contribuer à adoucir les amertumes, à tisser des ponts entre l’Afrique et l’Europe. C’est une façon d’agrandir notre cercle, jamais fermé : entrez dans la ronde ! ». Et comme dit le classique gnawa « Ganga Sound of M’birika » dans Poetic Trance : « Les gens sont venus en masse, certains de loin, pour ces festivités, cette célébration à vivre comme une thérapie libératrice des corps et des esprits ».

Extrait de l’article « Aziz Sahmaoui – groove-thérapie »
par Jeanne Lacaille (Qwest.tv, 5 février 2019)

« Le premier titre de l’album, “Janna Ifrikia” (“Paradis africain”), chante la beauté de l’Afrique, avec ses richesses, ses couleurs, sa diversité. Elle attire aussi le regard de l’autre, les convoitises. Tout le monde s’intéresse à l’Afrique parce qu’elle est belle, mais parce qu’elle est riche aussi. J’aborde aussi le thème de la peur dans le titre éponyme. Nous avons peur de tout, de l’amour, de sortir, de l’autre, de l’inconnu. Le morceau dénonce cette crainte, cette peur qui paralyse et qui scotche.

Dans “Nouria”, qui mêle des airs hassanis, sahraouis, touerguis et amazighis, on chante M’hamid El Ghizlane, le désert marocain, ses dunes magnifiques, cette magie qui sort de nous. Nouria, c’est la lumière qui se balade entre les dunes, qui descend de Ishtar, la déesse de l’amour et de la fertilité. Elle fascine tout le monde, même la nature chante sa beauté. »

Extrait de l’interview par Anaïs Lefébure (Huffpost, 2 février 2019)

_____________

_____________

_____________

Janna Ifrikia

Paradis africain

African Paradise

جنة مغربية
جنة افريقية

مهد البشرية  و مهد الكون وزيد
انت زوينة لالة
جبتي الڭمرة و جبتي الزين
جبتي الطماعة  جبتي العين
وما عايروك السمرة
أفارقة و حنا تم ساكنين

لوحات زاهية سلطانة
روعة في اللون
ويلا في سمانا غيام
شدة وتهون
افريقيا اصلي، وبها مفتون

عازفة بوتار نغامو ما تكشف لسرار
ورجال حرار معادن ما تصهر بالنار
يحميك القهار من الطماعة والأشرار
بلادي نت يا مهما سار

جنة مغربية
جنة افريقية
جنة مغربية
جنة افريقية

عزيز سحماوي

Paradis maghrébin
Paradis africain

Berceau de l’humanité
Ta beauté nous irradie
Tu nous as apporté la lune et le beau
Comme tu as attisé des convoitises
Et attiré le mauvais œil
Voulant se mesurer à toi
Nous sommes Africains et c’est notre sol d’attache
Telle une fresque altière même si, parfois
Le ciel est endeuillé et que nous nous heurtons
A maintes difficultés, on finit par s’en sortir

Au son cristallin de loutar*, la mélodie
Ne divulgue pas tous ses secrets
Et les hommes libres que le fer ne fait pas fondre
Te préservent des veuleries, des expansionnistes
Et de tous les fléaux, tu es mon pays
Quelles que soient les infortunes

Un paradis maghrébin
Un paradis africain…

Aziz S

*Instrument typiquement marocain, de la famille des luths

North African Paradise,
African Paradise.

Cradle of humanity
Your beauty permeates us with light
You have brought us the moon and the beautiful,
Just as you have provoked envy,
And attracted the evil eye
That seeks to measure itself against you.
We’re Africans and that’s our rooted earth,
Like a proud fresco, even if
The sky is in mourning, and we run into
Many difficulties, we always manage in the end.

To the crystalline sound of the loutar*, the melody
Divulges not all of its secrets,
And freemen whom the iron does not melt
Preserve you from spinelessness, expansionists,
And all scourges, you are my country
Whatever the misfortunes

A North African paradise,
An African paradise.

Aziz S

* A typically Moroccan instrument, member of the lute family.

_____________

_____________

_____________